Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/11707/3449
Title: Diasysteme, diachronie: études comparees dans les langues cholanes
Authors: Becquey, Cédric Michel Marie
Keywords: American Indigenous Languages
Mayan Languages
Cholan
Issue Date: 2014
Publisher: Vrije Universiteit Amsterdam
Abstract: La famille des langues mayas constitue l’un des ensembles les plus cohérents parmi les langues amérindiennes, ne serait-ce que par sa concentration géographique. A cette cohésion s’ajoute une dimension diachronique grâce à l’avancée du déchiffrement de l’écriture glyphique et de l’existence de nombreux documents en langues mayas depuis la conquête espagnole (16ème siècle). Cette situation a fait de la linguistique historique une grande spécialité mayaniste avec de nombreux résultats, principalement en phonologie. Toutefois, cette approche historique ne pourra être efficace et permettre d’appréhender la complexité des systèmes morphologique et syntaxique mayas qu’en se fondant, de proche en proche, sur la description approfondie de chaque langue et sous-famille ou groupe de langues. Or, l’une de ces sous-familles mayas, le groupe des langues cholanes, présente des descriptions de profondeurs variables. De même, le manque de travaux comparatifs (autres que sur des points très spécifiques) et la grande hétérogénéité des sources sur les langues cholanes entraînent un flagrant manque de cohérence terminologique et, même, des problèmes d’analyses en synchronie et en diachronie. Cette thèse propose une description de la morphologie et de la morphosyntaxe nominale et verbale de ce groupe constitué de trois langues contemporaines (le chol ou ch’ol1, le chontal du 28 Tabasco ou yokot’an2 et le ch’orti’ ou chorti’3) et de deux langues décrites au 17ème siècle (le chontal d’Acalán et le cholti’ ou ch’olti’4). Cette étude réalisée selon une approche comparative et diachronique a deux avantages. Tout d’abord, la comparaison facilite souvent une meilleure compréhension des systèmes de chacune de ces langues en synchronie - certaines formes se sont conservées de façon productive dans certaines langues là où elles n’apparaissent que de façon lexicalisée dans d’autres - et de mettre en lumière des changements de formes, voire de systèmes, provoqués par des facteurs internes (économie, analogie, réanalyse…) ou externes (emprunts, phénomènes aréaux…) que nous tenterons d’identifier ici. L’étude des changements diachroniques, morphosyntaxiques et phonologiques, permet, de plus, lorsque c’est possible, de reconstruire les proto-formes des langues étudiées. Profondeur diachronique qui permettra par la suite de mieux appréhender et de mieux situer une autre langue faisant partie de cette sous-famille, celle de l’écriture glyphique maya précolombienne ; poursuivant en cela des travaux pionniers comme celui de Kaufman et Norman (1984) qui insistaient également sur la nécessité d’une telle étude préliminaire à partir des langues cholanes documentées depuis la conquête espagnole avant d’en tirer quelque conclusion que ce soit en ce qui concerne la langue précolombienne. Une autre dimension est à prendre en compte, c’est la situation alarmante des langues cholanes aujourd’hui. Si au moins l’une d’entre elles a disparu depuis la conquête espagnole, le chontal et le ch’orti’ sont déjà inscrites parmi les langues en danger par l’UNESCO.5 Ceci rend la réalisation de descriptions exhaustives de plus en plus urgente et cette thèse contribuera, je l’espère, à ce devoir de préservation.
URI: http://hdl.handle.net/11707/3449
Appears in Collections:Dissertations (restricted access)

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
CholGrammars.pdf5.82 MBAdobe PDFView/Open    Request a copy


Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.